L'avis de... Sébastien Petineau et Arnaud Rolland, managers business intelligence chez Logica Business Consulting

« Vers un usage prospectif »

le 10/11/2011 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi les informations restituées sous forme de cartographies sont-elles si frappantes ?

La forme cartographique très visuelle fait appel à des compétences cognitives très proches du fonctionnement du cerveau humain, ce qui permet une mémorisation plus forte et une interprétation plus naturelle. Chez Logica Business Consulting, nous avons misé sur le décloisonnement des outils cartographiques en mettant en œuvre chez nos clients des solutions géo-décisionnelles. Notre conviction est qu’elles permettent d’accélérer l’appropriation de l’information par rapport à des tableaux de bord classiques, et donc la prise de décision.

Quels sont les axes de progression de ces outils ?

Les systèmes géo-décisionnels s’appuient sur des données propres à l’entreprise et sur des données extérieures issues de bases de données thématiques et de référentiels spécifiques, comme les référentiels postaux, qui sont proposés sous des formats normalisés directement intégrables. L’enjeu est désormais d’intégrer des données non structurées comme du texte, des fichiers audio ou vidéo qui apportent des éléments importants, permettant une prise de décision à un moment particulier. Par exemple, les risques géopolitiques connus grâce aux médias ou au Ministère des Affaires étrangères peuvent être cartographiés afin de mieux assurer la sécurité des voyageurs ou des marchandises qui transitent dans les zones concernées. De même, les informations issues des médias sociaux peuvent être traitées pour identifier des tendances et adopter des mesures correctives : par exemple, telle marque, qui n’est pas du tout citée dans telle région, peut lancer une campagne marketing locale pour améliorer sa notoriété.

Quelle valeur le secteur de l’assurance peut-il tirer de ces outils ?

Le géo-décisionnel se dirige désormais vers un usage prospectif. En analysant des tendances, on peut les modéliser et réaliser des simulations selon divers scénarios afin de prendre de bonnes décisions pour le développement ou la sécurité de l’entreprise. Plus le système peut capter de données, plus les analyses sont fines et plus il est possible d’établir des corrélations. Par exemple, l’intégration de données météorologiques permet d’avoir une vision prospective des sinistres à venir et donc de piloter l’activité commerciale ou la gestion des sinistres.

A lire aussi