L’avis de… Emmanuelle Crosnier, directrice chez Eurogroup Consulting

« Vers un possible développement du marché de la surcomplémentaire santé »

le 18/04/2013 L'AGEFI Hebdo

Quel peut-être l’impact de la généralisation de la complémentaire santé en entreprise ?

Cette réforme va dans le sens d’une réorganisation globale de l’accès aux soins et pourra peut-être tracer une voie au transfert du déficit du régime obligatoire vers le régime complémentaire. Surtout, alors que le principal risque réside dans la perte du chiffre d’affaires en santé individuel, ce texte pourrait entraîner une redéfinition du rôle des acteurs qui vont devoir revoir leurs positions. Enfin, on peut imaginer que cette réforme conduise au développement d’un marché de la surcomplémentaire santé, encore peu développée.

Doit-on s’attendre à une multiplication des rapprochements ?

La réforme va accélérer le mouvement de concentration. De nombreuses petites mutuelles régionales, avec un portefeuille majoritairement constitué des contrats santé individuels, vont prendre cette nouvelle réglementation de plein fouet. De même, les bancassureurs pourraient être les premiers touchés en raison de leur forte présence en santé individuel auprès des salariés des TPE-PME. Ils doivent donc réfléchir à la stratégie à adopter : soit se donner les moyens de partir sur le collectif, soit se concentrer sur l’individuel en ciblant les travailleurs indépendants et les seniors.

Se dirige-t-on vers un monopole des institutions de prévoyance ?

Elles sont en effet rodées sur l’exercice de négociation des branches ou des accords d’entreprise et ont une très bonne appréhension du risque de branches. Toutefois, ces acteurs vont devoir démontrer que ces atouts sont suffisants pour séduire les PME et les TPE, qui ne sont pas leur clientèle historique. Or on ne démarche pas une grande entreprise comme on démarche une PME ou une TPE. Les institutions de prévoyance ont donc des défis à relever n’ayant pas toujours les réseaux commerciaux de proximité adéquats pour conquérir cette clientèle.

A lire aussi