UniCredit toujours sous pression des investisseurs

le 12/05/2011 L'AGEFI Hebdo

Attendre. Alors que les principales banques italiennes vont livrer leurs résultats trimestriels, la question de la solvabilité d’UniCredit se pose toujours. La position stricte du régulateur a déjà conduit Intesa SanPaolo à une augmentation de capital de 5 milliards d’euros. Or, en renonçant à vendre sa filiale de gestion d’actifs Pioneer, UniCredit a perdu l’occasion de rentrer du cash. Selon JPMorgan, son ratio Core Tier one devra s’élever à 8,7 % en normes Bâle III l’an prochain, ce qui induit 4 milliards de capital à trouver. KBW note pour sa part « un besoin d’environ 6,4 milliards d’euros ». UniCredit pourrait céder des actifs dans les pays baltes ou de banque d’investissement, avancent des observateurs. Toutefois, il vient de faire venir Olivier Khayat aux côtés de Jean-Pierre Mustier (deux ex-Société Générale) à la tête de ce métier, a priori plutôt pour le valoriser et compenser notamment le recul de ses activités en Italie. Il faudra sans doute attendre la fin de l’été et le nouveau plan stratégique du groupe pour en savoir plus.

A lire aussi