Suite à de nombreux impayés, la maison ne prend plus les…

le 26/04/2012 L'AGEFI Hebdo

« Avec le bois du chèque, il y aurait de quoi refaire entièrement le pont de Brooklyn. » Cette drôle de réplique tirée d’un film d’Amos Kollek (Queenie in love) appartiendra un jour à l’histoire et seulement à l’histoire si l’on considère l’une des conclusions du rapport Pauget-Constans qui consiste à réduire de moitié ce moyen de paiement d’ici à 2017. Il faudra se résoudre à chasser de notre langage de consommateur les chèques en blanc, les chèques sans provision, endosser un chèque, toucher son chèque, barrer son chèque, chèque à ordre, chèque au porteur, chèque certifié. Le mot - ce que l’on ne sait pas toujours - vient du verbe anglais « to check ». La raréfaction progressive du chèque, il ne faut pas trop la pleurer. Les derniers chéquiers n’en seront que plus chics et le geste de recevoir ainsi son dû, en ce qu’il est porteur de confiance à l’égard de l’émetteur, plus noble encore.

A lire aussi