Société Générale en porte-à-faux en Russie

le 30/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Enquêtes. Alors que sa filiale locale à 82,4 % est devenue profitable, Société Générale est rattrapée en Russie par une affaire de corruption. Le directeur général de Rosbank a été mis en examen pour avoir reçu 1,5 million de dollars (1,16 million d'euros) en échange d'un crédit à un client. Réaffirmant son « 

engagement fort »en Russie, où il a réorganisé ses filiales historiques et la neuvième banque du pays au capital de laquelle il est monté depuis 2008, le groupe français a décidé de révoquer Vladimir Golubkov. Désormais, « Rosbank opère sous la direction du directeur général par intérim, Igor Antonov, placé sous la supervision de Didier Hauguel, président du conseil d'administration de Rosbank et responsable Russie du groupe », explique Société Générale. Cela sera-t-il suffisant, le directeur financier et le patron des risques ayant déjà été remplacé par le groupe ? Le cabinet Deloitte a été mandaté pour mener « des revues complémentaires et les enquêtes nécessaires ». Alors que Vladimir Poutine entend lutter contre la corruption, VTB, la deuxième banque russe, qui doit boucler son augmentation de capital (3,3 milliards de dollars) avec trois fonds souverains - l'Etat étant ainsi dilué à 60,9 % contre 75,5 % actuellement -, a annoncé son intention de vendre ses 10 % dans Rosbank.

A lire aussi