Santander aussi paie la crise de l’immobilier

le 01/11/2012 L'AGEFI Hebdo

Contraint. Première banque de la zone euro en termes de capitalisation boursière, Santander a seulement réalisé un cinquième de ses bénéfices en Espagne, après des années d’internationalisation (en septembre, Santander a levé plus de 4 milliards de dollars en cotant sa filiale au Mexique). Pourtant, ses provisions sur actifs toxiques immobiliers espagnols ont avalé la quasi-totalité de ses profits du troisième trimestre. Le groupe a annoncé une chute de 66 % de son résultat net sur les neuf premiers mois de l’année, à 1,8 milliard d’euros. L’avenir devrait être plus radieux. Santander a déjà passé dans ses comptes 90 % des dépréciations d’actifs immobiliers auxquelles l’ont contraint les autorités espagnoles.

A lire aussi