Les remises en cause de la loi Hamon

le 09/01/2014 L'AGEFI Hebdo

Pour les bancassureurs, la loi Hamon, qui introduit la résiliation annuelle des contrats, pourrait remettre en cause « un système de mutualisation performant » dans l’assurance emprunteurs. Le système français serait « remis en cause si l’équilibre actuel entre contrats groupe bancaire et contrats individuels était rompu, souligne Jérôme Grivet, président du Groupement français des bancassureurs. Avec une trop forte individualisation de la tarification, on risque de passer à l’exclusion de l’accès au crédit des populations les moins favorisées ». Néanmoins, la concurrence est stimulée. « Notre filiale Caci propose l’assurance emprunteurs des entités de crédit à la consommation (Sofinco), de LCL pour le crédit immobilier et des réseaux étrangers (Cariparma pour l’Italie), indique Jérôme Grivet, également directeur général de Crédit Agricole Assurances. Les Caisses régionales travaillent avec CNP Assurances, réassuré en partie par Predica. Bien sûr, comme le permet la réglementation, nous proposons également depuis quelques mois une alternative à ces contrats. Plusieurs caisses régionales ont débuté la distribution du produit proposé par Caci. »

A lire aussi