L’avis de… Marc-Philippe Juilliard, directeur senior en charge de l’assurance chez Fitch Ratings

« Une réelle existence de ces investissements dans trois à cinq ans »

le 18/07/2013 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi les assureurs investissent-ils dans les prêts aux entreprises ?

Leur modèle de placement, très orienté vers les obligations d’Etat et qui fonctionnait bien, est structurellement remis en cause en raison de la faiblesse des taux d’intérêt, mais aussi de la crise grecque qui a fait voler en éclats le concept de placement sans risque. Les assureurs doivent donc identifier de nouveaux véhicules d’investissements offrant des niveaux de rémunération plus attractifs avec un horizon de placement de moyen-long terme. Comme leurs passifs sont longs, ce type de prêts aux entreprises leur permet de faire des investissements moins liquides avec des maturités de l’ordre de 5 à 7 ans. Ils peuvent donc obtenir des rémunérations plus élevées car ils bénéficient de l’illiquidité de leurs passifs.

Quelle part ces investissements pourraient-ils représenter ?

A court terme, les chiffres ne devraient pas être très significatifs et nous ne devrions pas assister à une augmentation très rapide de ces investissements. On commencera à voir leur réelle existence dans un horizon de trois à cinq ans. Tout dépendra aussi du comportement des autres classes d’actifs, notamment des obligations d’Etat. Car en cas de remontée progressive des taux, les assureurs pourraient être moins motivés par ces investissements alternatifs.

Quel est leur principal enjeu ?

Il s’agit de s’équiper en matière d’expertise d’analyse crédit, d’évaluation et de valorisation de ces nouveaux investissements. Des ressources dont ils ne disposent pas nécessairement en interne. Or cette capacité à analyser et évaluer les risques pris dans leurs portefeuilles est indispensable s’ils veulent faire des choix judicieux et donc rémunérateurs. Si les assureurs investissent ce domaine sans en maîtriser les particularités, leur profil de risque et de crédit pourrait susciter des inquiétudes.

A lire aussi