L’avis de… Michel Collombet, associé en charge de l’assurance et de la protection sociale chez Eurogroup Consulting

« Ces rapprochements ont pour principal objectif la course à la taille »

le 02/12/2010 L'AGEFI Hebdo

Comment analysez-vous les rapprochements dans la protection sociale ?

Ces mouvements répondent à plusieurs logiques : désimbrication des métiers et report des coûts des anciens systèmes de retraite sur les activités concurrentielles, nouvelles contraintes réglementaires en assurances de personnes, volonté de pérenniser le modèle paritaire… Toutefois, le principal moteur reste la volonté d’atteindre la taille critique sur le secteur concurrentiel des assurances de personnes. Il est nécessaire d’avoir des capacités d’investissement supérieures pour réussir sur ce segment, sous peine de devoir se rapprocher d’autres acteurs tels les assureurs ou les mutuelles.

Les groupes de protection sociale peuvent-ils rivaliser avec cette concurrence ?

Ils ont une force, c’est d’être des groupes paritaires, ce qui leur permet de peser de tout leur poids dans les négociations des accords de branche où se fait le choix de l’opérateur pour la couverture collective en prévoyance et souvent en santé. Ils possèdent aussi une palette de produits plus large que certains de leurs concurrents, notamment les mutuelles santé. Mais ils ont également des faiblesses. De fait, ils n’ont pas toujours des réseaux de taille suffisante pour commercialiser leurs produits auprès des PME et des TPE (très petites entreprises, NDLR), et encore moins aux particuliers. Enfin, ils n’ont pas toujours été les plus en pointe en matière d’innovation.

Ces rapprochements s’accompagnent-ils d’une stratégie de développement ?

C’est de plus en plus le cas même si bon nombre de rapprochements ont encore pour principal objectif la course à la taille. Il existe pourtant de vraies raisons opérationnelles pour se rapprocher, notamment en vue d’améliorer les performances commerciales. Sur ce point, les groupes paritaires ont encore des marges de manœuvre importantes.

A lire aussi