L’avis de… Catherine Helaine, associée chez Colombus Consulting

« La politique des achats est pilotée à haut niveau »

le 20/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Les directeurs des achats occupent-ils une place plus importante dans les organigrammes des entreprises ?

Pour la moitié des directeurs des achats du secteur banque-assurance, il n’y a aucun niveau hiérarchique entre eux et le chief executive officer. Et cela tend à se renforcer. Dans la moitié des cas, tous les ans ou chaque semestre, le directeur achats doit présenter sa stratégie et son plan d’action aux comités de direction et exécutif. Depuis la crise, la politique achats est pilotée à assez haut niveau.

La nature de leur travail a-t-elle aussi changé ?

Elle a beaucoup évolué. Depuis quelques années, les grandes banques et compagnies d’assurances avaient mis en place des panels afin de travailler avec un nombre plus restreint de fournisseurs, référencés selon leurs compétences et des critères de gestion du risque comme leur taux de dépendance. Ce modèle qui s’inspirait des entreprises de l’industrie était fortement basé sur l’idée du cost killing (réduction de coûts, NDLR). Aujourd’hui, les fonctions achats essaient d’avoir une vision complète du processus, et pas seulement de l’acte d’achat. Ainsi, certaines font du sourcing qui consiste à une analyse de besoin et de marché sur un certain nombre de catégories d’achats. Par ailleurs, elles doivent conquérir de nouveaux territoires, complexes et techniques comme l’achat assuranciel.

Quelles qualités doivent réunir ces professionnels ?

Les directeurs achats doivent avoir une bonne vision de ce qui sera acheté demain, de leurs fournisseurs, de leur marché et de l’évolution de leurs modèles économiques. Ils doivent aussi développer un leadership fort car ils doivent convaincre pour faire passer des idées auprès de leurs filières internes, des métiers et des directions générales.

A lire aussi