Les parts sociales, l'atout solvabilité des mutualistes

le 15/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Le groupe Crédit Mutuel affiche une solvabilité supérieure à celle de ses concurrents qui annoncent un ratio

Core Tier one Bâle 2.5 (applicable en juin) entre 9 % (Société Générale) et 10,2 % (groupe Crédit Agricole). Comme BPCE et Crédit Agricole, il dispose en outre d’un levier efficace : la vente de parts sociales. C’est d’ailleurs grâce à elles que la Banque fédérative du Crédit Mutuel (BFCM, holding du Crédit Mutuel Centre-Est Europe) et Arkéa ont pu rembourser respectivement 1,04 milliard et 164 millions d’euros de titres super-subordonnés (TSS) souscrits par l’Etat en décembre 2008. Tout client du Crédit Mutuel peut en effet souscrire des parts B qui entrent dans le calcul du ratio Core Tier one. Toutefois, à l’échelon national, les encours de parts sociales n’ont progressé que de 1,2 % sur un an. Seul Arkéa a sensiblement intensifié sa collecte : 270 millions d’euros en net, soit trois fois plus qu’en 2010, portant l’encours de parts sociales à 1,55 milliard d’euros. « Cette collecte représente 0,8 point de ratio,précise Ronan Le Moal, directeur général d’Arkéa. La tendance étant meilleure encore en ce début d’année, nous pensons dépasser le point de Core Tier one en 2012. » Ce ratio de fonds propres durs s’élève pour cette seule entité à 11,3 % hors plancher et 9,5 % avec plancher.

A lire aussi