Les offres des banques tirent parti du renminbi convertible

le 01/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Par Frédérique Garrouste

L’internationalisation de la devise chinoise, le renminbi, ces dernières années représente des opportunités d’affaires croissantes pour les entreprises et leurs banques. « 

10 % des échanges commerciaux internationaux de la Chine ont été facturés en yuans en 2011, la Chine représentant 11 % à 12 % du commerce mondial international,rappelle Thierry Roehm, responsable global cash management chez Société Générale. D'où une forte demande de notre clientèle pour s'informer sur les opérations possibles en yuans, notamment les ouvertures de comptes et les paiements, les crédocs, donc des services bancaires de base à ce stade. »

Le fait est que la Chine contrôle toujours étroitement les flux entre les marchés continental et offshore, notamment pour contrôler l’inflation. Pour cela, elle s’assure que le sous-jacent d’une opération financière est bien une transaction commerciale. De fait, la devise chinoise se traite en Chine et à Hong Kong avec deux taux. « Les opérations en yuans hors Chine sont moins contrôlées mais pour attirer les opérations contrôlées, en yuans continentaux, le taux de change est plus favorable, donc la banque doit être capable d'échanger dans les deux devises, indique Kieu-My Pham Thai, responsable achats de services bancaires - cash chez Société Générale.De même, le taux d’intérêt sur les dépôts en yuans continentaux est plus attrayant, avec un taux qui peut excéder 6 % contre 2 %, voire nul à Hong Kong. »

Dès 2009 et la première mesure d’ouverture du marché renminbi, BNP Paribas a utilisé deux systèmes de clearing renminbi pour répondre aux besoins de ses clients. En outre, la banque intègre aujourd’hui le renminbi dans tous ses produits de cash management (émissions de lettres de crédit, comptes, paiements, encaissements) et dispose d’une offre locale de cash-pooling en renminbi en Chine.

HSBC propose également des solutions de gestion de la liquidité pour « l’Empire du Milieu ». Pour un grand groupe international, la banque vient de mettre en place une concentration physique des liquidités en Chine, s’intégrant, au niveau de la région Asie, à un poolvirtuel de comptes : sans sortie des fonds, comme le veut la législation, les taux d’intérêt sont bonifiés sur les comptes chinois.

A lire aussi