L'avis de... Ian Gordon, analyste chez Investec Securities

« Le nouveau réseau TSB Bank démarre sur des bases neuves »

le 26/09/2013 L'AGEFI Hebdo

Quelle place aura à terme la nouvelle entité issue de la vente des agences de RBS ?

La sortie complète de RBS de ces agences ne devrait pas intervenir avant 2015. Quelle que soit l’issue de ce processus, dont on ne connaît pas les détails, il n’est pas pensable que l’entité qui en résulte puisse bouleverser de manière significative la part de marché et la politique tarifaire des acteurs en présence. En revanche, cela pourra avoir un impact sur le segment des PME, actuellement très concentré et sur lequel cette nouvelle banque pourrait faire la différence.

Que faut-il penser du nouveau réseau TSB Bank que vient de lancer Lloyds Banking Group (LBG) ?

Cette banque a démarré sur des bases neuves : elle n’est pas encombrée, comme sa maison mère LBG, par des provisions passées pour différents scandales. C’est un point positif. Son coefficient d’exploitation, qui se situe autour de 50 %, devrait à terme se stabiliser, conséquence d’une politique de croissance interne ou encore de quelques acquisitions ciblées. Sur le fond, la stratégie de la banque, dont 80 % à 85 % des actifs sont des prêts immobiliers, n’est guère différente de celle de Lloyds Banking Group. Preuve que cette séparation était avant tout une manière pour LBG d’honorer ses engagements auprès de la Commission européenne.

Dans ce paysage en recomposition, quelle place possèdent les nouveaux entrants tels que Virgin Money ?

Avant la crise, les fournisseurs de services financiers de niche n’avaient guère de chances de subsister en raison d’une rentabilité plus faible. C’est beaucoup moins vrai aujourd’hui. Des acteurs comme Virgin Money peuvent tout à fait construire une proposition viable et crédible sur une échelle limitée. A la différence de leurs aînées, ces banques se construisent sur d’autres valeurs, comme la qualité et le service et non plus la différence tarifaire.

A lire aussi