L'avis de... Marie-Frédérique Naud, associée, responsable du marché banque/finance chez Atos Consulting

« Mettre en place un dispositif flexible et agile dans des délais très courts »

le 24/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Quelles sont les principales caractéristiques du projet VTB Direct ?

VTB France, en tant que filiale du deuxième groupe bancaire russe, fait son entrée sur le marché de l’épargne en ligne pour les clients particuliers. Pour VTB, c’est tout à la fois un nouveau marché et une nouvelle offre à destination de nouveaux clients. Une décision de ce type n’est jamais facile à prendre, l’approche de la clientèle des particuliers répondant à d’autres clés de succès que celle de la clientèle entreprises. Une fois cette étape franchie, il a fallu mettre en place un dispositif flexible et agile, mobilisant beaucoup d’acteurs simultanément dans des délais très courts.

C’est donc un projet atypique ?

Oui, car les dirigeants de VTB sont partis d’une feuille blanche, l’épargne en ligne à destination des particuliers ne faisant pas partie de leurs activités. Mais les projets d’épargne en ligne ne sont pas rares. Nous constatons néanmoins un renouveau des offres bancaires en ligne à destination des particuliers qui entrent dans une nouvelle phase. Celle-ci succède à un premier mouvement correspondant au positionnement des pure players, puis un second ayant vu fleurir des offres d’épargne multiples. L’heure est venue de réétudier l’offre, en pensant simplicité et efficacité. Nous avons beaucoup de sollicitations des grands acteurs bancaires classiques pour un repositionnement de leurs offres en ligne.

Que peut-on apporter de nouveau dans les offres bancaires en ligne ?

Le marché est beaucoup plus mûr qu’il ne l’était il y a encore deux ou trois ans. Le consommateur est habitué : voyages, produits divers, loisirs ; il lui est donc naturel de souscrire des produits bancaires en ligne. Le marché de la clientèle autonome est désormais une réalité. Pour la conquérir et la fidéliser, il convient encore d’améliorer trois axes clés : les services ajoutés, les processus de souscription, avec la mise en place de la signature électronique par exemple, et les outils de simulation.

A lire aussi