L’avis de… Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet de conseil Facts & Figures

« Des marges de manœuvre en termes d’économies de coûts »

le 16/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Quel regard portez-vous sur les positions d’Allianz en France ?

Sa présence sur les risques d’entreprises se révèle extrêmement profitable et cette position a été renforcée par le rachat de Gan Eurocourtage. Allianz est conforté comme deuxième opérateur en assurance-dommages des entreprises, derrière Axa. Par ailleurs, le fait d’avoir un opérateur de moins sur le marché contribue à tenir les prix, ce qui constitue un élément très favorable. En épargne-assurance-vie, le groupe a bien piloté sa rentabilité grâce à la bonne tenue de son activité en unités de compte.

Comment évolue la compagnie auprès des particuliers ?

La situation est plus délicate en assurance-dommages des particuliers. Nous constatons en effet la poursuite de la perte de parts de marché et de l’érosion des portefeuilles de contrats. Les augmentations tarifaires permettent de compenser ces pertes de contrats en termes de chiffre d’affaires. La structure de coûts d’Allianz Assurances restant élevée, la compagnie peut difficilement jouer sur la promesse du prix pour conquérir les clients.

Selon vous, Allianz doit-il poursuivre ses économies de coûts ?

Allianz a encore des marges de manœuvre importantes dans ce domaine. Le groupe pourrait accélérer sa simplification car son organisation demeure complexe, avec notamment d’importantes directions transversales et fonctionnelles. La question de la pertinence de ces structures et/ou de leur dimensionnement se pose clairement. Allianz France pourrait simplifier son organisation pour se rapprocher des réseaux, et donc des clients.

A lire aussi