L'année 2014 s'annonce cruciale pour les banques italiennes

le 09/01/2014 L'AGEFI Hebdo

L'examen des bilans bancaires (asset quality review) par la Banque centrale européenne et les stress tests menés par l'Association bancaire européenne (EBA) au cours de l'année seront des échéances cruciales pour les banques italiennes. « Le système bancaire devrait satisfaire aux exigences du régulateur sans recourir à une augmentation de capital généralisée. Des établissements de petite et moyenne taille feront en revanche certainement face à des difficultés », indique dans une note Don Pierre Alessandrini, économiste à Crédit Agricole SA. Déjà, des banques petites et moyennes ne parvenant pas à assainir leur bilan ont été placées sous administration extraordinaire de la banque centrale. L'encours de créances classées en sofferenze (créances litigieuses)s'est accru de 23 % en un an et atteignait 145 milliards d'euros à fin septembre. Le taux de litigieux ressort à 7,8 %. La note précise que la définition des crédits non performants retenue par la Banque d'Italie est plus stricte que celle des pays voisins. « Cette dégradation de la qualité des actifs pèse fortement sur la rentabilité des banques italiennes et donc sur leur capacité à générer des fonds propres. »

A lire aussi