L’aide ou la décote, les banques n’ont pas beaucoup de choix

le 15/11/2012 L'AGEFI Hebdo

Dividendes. Banco Popular, dont le cours a chuté de près de 70 % depuis janvier, a dû consentir une décote de 64 % sur le niveau de clôture du 10 novembre (1,118 euro) pour son augmentation de capital. Avec les 2,5 milliards qu’elle entend lever, la banque espagnole veut éviter le recours à une aide européenne. Toutes les banques qui cherchent à lever des fonds sur le marché depuis le début de l’année sont plus ou moins soumises à cette contrainte pour convaincre les investisseurs de souscrire. En janvier, UniCredit, la première banque d'Italie par les actifs, avait dû accepter un rabais de 43 % après avoir annoncé son augmentation de capital de 7,5 milliards : plus de 50 % de la capitalisation boursière du groupe. On comprend pourquoi les groupes français insistent tant sur leur capacité à générer des fonds propres par leurs résultats et leur politique de gestion des dividendes. Sachant que, de toute façon, le deleveraging reste la variable d’ajustement.

A lire aussi