Rencontre avec... Marc Blanvillain, directeur du technolab du Crédit Agricole

« L’agence bancaire reste un pivot important de la relation »

le 08/09/2011 L'AGEFI Hebdo

Quel rôle tient l’agence dans la relation entre la banque et ses clients ?

Nous positionnons le client au centre de nos préoccupations. Et pour pouvoir nous adapter à ses attentes, nous devons être en mesure de proposer un même processus de vente sur les différents canaux. L’agence bancaire reste un pivot important de la relation, mais nous devons donner à nos clients la possibilité de nous contacter par le biais de différents canaux, de pouvoir interrompre une action initiée en agence et de la finaliser à domicile. C’est une des priorités de développement de nos nouveaux postes de travail.

Quel intérêt peut procurer la mise en place de « concept stores » bancaires ?

Ces nouveaux concepts d’agences doivent d’abord servir à mettre en avant l’évolution des pratiques commerciales. Au sein du groupe, celles mises en place à Nice ou en Ile-de-France, notamment l’Agence des Epars Val de France inaugurée il y a deux ans, sont des agences écoles où l’apprentissage de la conduite du changement est aussi important que la formation aux nouveaux produits.

Indépendamment des agences concept, quels types de technologies avez-vous expérimentés ?

Bien évidemment, nous avons développé des applications pour téléphone mobile. Mais aussi des technologies basées sur des univers virtuels. Ainsi, la caisse régionale Pyrénées-Gascogne teste des amphithéâtres virtuels dans lesquels seront programmées, d’ici à la fin de l’année, une dizaine de conférences avec une centaine de participants à chaque fois, sur des thèmes concernant la préparation à la retraite par exemple. Les QR codes sont également en phase de généralisation dans la caisse régionale Centre-Est. En photographiant le code avec un téléphone mobile, on peut récupérer directement les informations d’une carte de visite ou visionner un film de présentation de la caisse régionale du Finistère.

A lire aussi