Les jeunes actifs dans le brouillard

le 21/06/2012 L'AGEFI Hebdo

« Au-delà de 43 ans, il faut mettre de côté plus que ce qu’on touchera à la retraite, autrement dit pour toucher 100 euros de retraite, il faudra commencer à épargner 100 euros dès 43 ans ou alors être prêt à épargner davantage, passé cet âge limite. » C’est ainsi que Pierre Schereck, directeur de l’épargne entreprise et de l’ISR chez Amundi, campe le décor d’une réalité encore méconnue par le plus grand nombre des jeunes actifs. Ces derniers sont régulièrement interrogés dans le Baromètre annuel Amundi-TNS Sofres qui montre à quel point ils ont besoin, eux aussi, de repères en matière de retraite. « On constate à la fois un extrême réalisme des jeunes face à la retraite et à la baisse du taux de remplacement, et une surestimation de l’épargne nécessaire pour compenser cette réduction des revenus :160 euros par mois c’est le niveau d’épargne ‘idéal’ de notre panel, mais ce montant n’intègre nullement l’impact majeur de la durée de l’épargne, indiquent Pierre Schereck et Mathieu Berrivin, responsable marketing et supports d’Amundi Epargne Entreprise. Les plus jeunes (25-34 ans) épargnent d’ailleurs plus en proportion que les 35-44 ans : 13 % contre 11 %, et parmi ceux qui épargnent explicitement pour la retraite, la moitié de ces sommes sont allouées à sa préparation. Ils ont donc vraiment besoin de repères et d’un tiers de confiance pour prendre les bonnes décisions. Le premier interlocuteur considéré est le conseiller financier, devant l’Etat, autrement dit l’assurance retraite, et l’entreprise elle même. » Ce qu’Amundi a pris en compte dans sa stratégie de développement des Perco (plans d’épargne retraite collectifs) en proposant aux entreprises pour leurs salariés de multiples outils d’information et de simulation en ligne ou sur des bornes interactives.

A lire aussi