Rencontre avec... Eddy Conjaerts, directeur commercial pour les services financiers chez MicroStrategy, responsable des relations avec Swift

« Jamais des tests réalisés sur prototypes n’ont été aussi complets »

le 08/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Le projet Swift est-il important en termes de volumes de données à traiter ?

Swift gère quelque 17 millions de messages par jour. Le volume des données est assez conséquent, puisque leur base de données sera dimensionnée pour traiter 2 terabits de données et est censée évoluer vers des volumes encore plus importants. Ils veulent désormais non seulement stocker les historiques des données agrégées, mais aussi augmenter la granularité de l’information concernant les transactions. Mais intrinsèquement, le volume du projet reste assez modeste : en comparaison, nous avons des clients exploitant des bases de données de plusieurs petabits (milliers de terabits, NDLR).

Et concernant la sécurité ?

Dans ce domaine, on peut dire que ce projet est très particulier. Depuis sept ans que je travaille chez MicroStrategy, je n’ai j’avais vu des tests réalisés sur les POC (proof of concept - prototypes, NDLR) aussi poussés. Ces tests ont été faits dans nos laboratoires aux Etats-Unis. Toutes les fonctionnalités, tous les produits ont été mis à l’épreuve : les migrations d’un serveur de tests à un serveur de production, les scripts pour créer un utilisateur…, le tout sur des volumes de plusieurs terabits. Ils sont même allés jusqu’à dégrader l’intégrité du système en enlevant certains composants et étudier les conséquences sur le comportement de l’architecture, comme le load balancing (équilibrage de charge), le basculement d’un cluster (architecture basée sur des grappes de serveurs indépendantes les unes des autres) à un autre.

Mis à part la sécurité, y a-t-il d’autres caractéristiques importantes de ce projet ?

C’est le modèle économique derrière ce projet qui est intéressant. Swift va utiliser les données historiques qu’il possède, les agréger ou les détailler, pour fournir de nouveaux services à ses clients. Nous avons d’ailleurs conseillé Swift sur certains aspects de leur projet en nous inspirant d’un de nos clients, l’opérateur télécoms luxembourgeois Mach. Celui-ci gère les transactions de roaming (itinérance) pour 650 opérateurs dans le monde et a mis en place de nouveaux services de ce type.

A lire aussi