Intimidation

le 07/02/2013 L'AGEFI Hebdo

Il sera possible désormais pour les banquiers de passer par la case prison s'ils se rendent coupables de prises de risques inconsidérées pour leur établissement. C'est ce que prévoit le projet de régulation allemand destiné à amender la loi bancaire. A l'instar de la France, Berlin se hâte de faire passer sa propre réglementation sur la résolution des crises et la séparation des activités, afin de ne pas se retrouver devant le fait accompli le jour où la Commission européenne publiera sa directive sur cette question. Pour faire passer la pilule d'une réglementation a minima (la séparation des activités pour compte propre est exigée uniquement pour les établissements dont les activités en question dépassent 100 milliards d'euros ou représentent 20 % du total du bilan), le gouvernement cherche à frapper les esprits en bombant le torse et en agitant l'épouvantail de l'emprisonnement (jusqu'à cinq ans). Une posture très politique.

A lire aussi