L'avis de... Cyriaque Benoist, travel manager, responsable de la commission Innovation-Evolution de l'AFTM*

« Il faut accepter d'être tracé dans les pays à risque »

le 19/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Quel est l'impact des applications mobiles ?

Ces outils ouvrent des capacités nouvelles pour communiquer avec les voyageurs. On compte 15.000 applications téléchargeables provenant avant tout du secteur du tourisme et des loisirs. Toutes ne sont pas adaptées aux voyages d'affaires et 20 % sont potentiellement porteuses de virus ou sont dangereuses car elles peuvent récupérer de l'information sensible sur les contacts, les déplacements des collaborateurs...

Quelles sont vos priorités au sein de l'AFTM* ?

Il faut contrôler ces outils fournis par les agences de voyages affaires et les acteurs technologiques. Nous devons pouvoir les autoriser comme les interdire. Pour coller aux attentes des collaborateurs, l'AFTM va établir un cahier des charges que nous mettrons à disposition des travel managers adhérents. Il est clair que certaines applications intéressent plus le fournisseur, d'autres au contraire le voyageur ou le travel manager.

Quel est le rôle des mobiles en matière de sécurité ?

L'intérêt, c'est la géolocalisation en temps réel des salariés en déplacement. Même si le réseau est coupé, il est possible d'avoir une traçabilité. Les voyageurs doivent toutefois accepter d'être tracés dans les pays à risque. Le mobile avec le système de TravelTracker est le meilleur moyen pour les prévenir par alerte SMS en cas de problème car il faut éviter le risque de perte du message en cas de recours à des intermédiaires.

*Association française des travel managers

A lire aussi