L'avis de… Hervé Postic, directeur général d'Utsit, conseil en systèmes d’information de trésorerie

« Il est temps de lever les obstacles »

le 30/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Qu'est-ce qui pourrait convaincre les entreprises de basculer rapidement vers le Sepa* ?

Un projet Sepa devrait être l'occasion d'améliorer l'existant. Par exemple, la communication avec les tiers devrait être enrichie grâce aux informations supplémentaires qu'intègre chaque fichier d'opérations. Si l'entreprise est émettrice, elle aura la certitude que son fournisseur aura reçu ces informations, ce qui lui évitera d'envoyer en plus un avis d'opéré papier. Si elle est réceptrice, elle a intérêt à regarder de près ces données qui pourraient permettre d'accélérer l'encaissement, par exemple. Si l'entreprise émet des virements internationaux vers des pays de la zone euro, le SCT (Sepa Credit Transfert) garantit la date de crédit et les frais sont considérablement réduits. Ces arguments devraient inciter les entreprises à se mobiliser davantage. En France, 37 % des virements se font aux normes Sepa, dont les trois quarts sont émis par l'administration. Les entreprises ont du mal alors que le SCT ne pose pas de problème technique.

Qu'en sera-t-il du SDD**, le prélèvement Sepa qui transforme profondément les usages français ?

C'est plus compliqué. Mais ce n’est pas à cause de la gestion des mandats qui revient désormais au créancier. En effet, c'est un changement d'habitude, mais ce n'est pas si difficile. La difficulté vient plutôt des nombreux cas à traiter. Il faut différencier les premiers prélèvements (First) des prélèvements suivants (récurrents), ils répondent à des obligations différentes notamment en termes de date d'envoi, cinq ou deux jours avant exécution, ce à quoi s'ajoute une gestion des rejets assez complexe également. Les grands remettants et les banques ont partagé leurs calendriers de tests et de bascule, et c'est une coordination très importante dans la mesure où cette migration repose sur une multitude de détails.

Qu'est-ce qui pourrait aider les entreprises à accélérer le mouvement pour éviter les goulets d'étranglement juste avant la date butoir ?

Aller plus vite est une nécessité désormais, et cela ne peut se faire qu'en levant les obstacles, c'est-à-dire éviter de s'arc-bouter sur des éléments contractuels mais non réglementaires et avancer de façon plus pragmatique, faire intervenir en temps réel auprès des entreprises qui le souhaitent les banquiers ayant l'expertise en la matière. Il est plus que temps de se mettre en mode coopératif pour que tout le monde avance et parvienne à basculer dans les temps.

*Single Euro Payments Area.

** Sepa direct debit

A lire aussi