De la honte d’avoir un fils banquier

le 15/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Alain Fradin, directeur général de la Confédération nationale du Crédit Mutuel, assume : « Environ 1.500 spots de publicité sont diffusés chaque jour à la télévision. Si le message est lisse, il n’est pas retenu. » Celui du mutualiste, réalisé par l’agence H (groupe Havas), a donc toutes les chances de marquer les esprits. Il met en scène un père qui vient d’apprendre par la boulangère une terrible nouvelle : son fils serait banquier ! « Je ne suis pas banquier, je suis comme elle, sociétaire-client au Crédit Mutuel », rétorque celui-ci. Le public et les salariés du groupe recevraient positivement le message affirme la direction sur la base de « post-tests ». « La banque à qui parler » (sa signature) a investi 80,4 millions d’euros dans les médias en 2011 (source Kantar Média, Stratégies), soit 45,5 % de plus que l’année précédente. C’est pourtant la seule banque du baromètre semestriel d’image des entreprises Ipsos/Posternak réalisé début janvier dont l’indice (différence entre les personnes ayant une bonne image de la marque et celles qui en ont une mauvaise) recule par rapport à septembre 2011. Les Caisses d’Epargne la supplantent : 67 % de personnes en ont une vision positive, contre 62 % pour le Crédit Mutuel. Si La Banque Postale n’apparaît pas, tous secteurs confondus, La Poste, sa maison mère, se place au dixième rang : trois devant les Caisses d’Epargne et dix-neuf devant Société Générale - qui clôt le classement global.

A lire aussi