François Pérol fragilisé à la tête de BPCE

le 05/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Enquête. Trois ans après son arrivée à la tête de BPCE, François Pérol voit ressurgir les accusations de favoritisme. La Cour de cassation a ouvert une enquête pénale pour prise illégale d’intérêt à l’encontre de l’ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée. Saisie par Sud et la CGT, elle désavoue la cour d’appel de Paris qui avait refusé de poursuivre l’artisan du rapprochement des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires sous la présidence Sarkozy. François Pérol peut se targuer d’avoir redressé le groupe et devrait présenter un nouveau plan stratégique à la rentrée. Mais son mandat qui expire en juillet 2013 pourrait susciter des convoitises. D’ores et déjà, Olivier Klein, un ancien « rouge » en charge de la banque de détail de BPCE, espère prendre la tête de la Bred, la plus grosse des banques populaires. Ce passage chez les « bleus » pourrait lui servir de tremplin.

A lire aussi