L'avis de... Paul Tilstone, directeur général de GBTA* en Europe

« Les fournisseurs essaient de traiter directement avec le client »

le 19/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Propos recuillis par Stéphanie Salti, à Londres

Quel est l’impact des suppressions d’emplois dans la finance sur le secteur des déplacements professionnels à Londres ?

Les suppressions d’emplois dans le secteur bancaire, auxquelles s’ajoutent les réductions budgétaires gouvernementales ont eu un impact significatif sur les déplacements professionnels. Les fournisseurs de voyages ont réduit leurs capacités afin de préserver leurs marges. Cela signifie que les dépenses en matière de voyages n’ont pas reculé autant que les volumes où l’on a pu constater une tendance baissière. Le voyage d’affaires est étroitement lié à la croissance, si bien que la reprise s’annoncera dès lors que les économies européennes sortiront du marasme. Mais il est difficile d’en prévoir une date certaine.

Comment les voyageurs d’affaires ont-ils réagi ?

Cet environnement difficile a provoqué des changements structurels au sein du secteur des déplacements professionnels. Les canaux de distribution se modifient et

les fournisseurs tentent de morceler leurs frais afin d’augmenter leurs revenus au travers des recettes annexes (ancillary revenues). Ils essaient aussi de traiter directement avec le client afin de garder

un pouvoir d’influence sur leurs processus de décision.

A l’exception des Jeux olympiques qui se profilent, quels autres événements pourraient avoir un impact significatif sur le voyage d’affaires ?

Si l’on considère que les Jeux olympiques ne constitueront pas un segment significatif pour le voyage d’affaires, la scission de l’euro ou le désengagement britannique de l’Union européenne pourraient aussi avoir un impact - négatif - sur ce secteur, même s’il est difficile, à l’heure actuelle, d’en déterminer les contours.

*The Global Business Travel Association

A lire aussi