Une fiscalité « contre-intuitive »

le 28/02/2013 L'AGEFI Hebdo

A priori, cela ne tombait pas sous le sens. Crédit Agricole SA (CASA) a perdu 6,5 milliards d’euros en 2012, mais « entre CASA et les caisses régionales, nous contribuons à hauteur de 2,5 milliards d’euros au budget de l’Etat », s’étrangle Bernard Delpit, directeur financier du groupe. Impôts et taxes : les banques ne sont pas épargnées, mais cette fois, CASA se serait bien passée de la rétroactivité de la loi fiscale car, indique le communiqué, l’estimation de la déductibilité des pertes réalisées à l’occasion de la cession de sa filiale grecque Emporiki par CASA « a dû être modifiée à la suite de la réponse apportée le 19 février 2013 par le gouvernement français »… La veille de la publication des résultats 2012, un peu plus creusés de ce fait. A l’évidence, avoir embauché un ancien directeur général du Trésor, Xavier Musca, n’a pas servi le groupe…

A lire aussi