Financiers, avez-vous donc une âme ?

le 10/11/2011 L'AGEFI Hebdo

« La crise et la fréquentation de Notre-Dame m’ont convaincue de quitter le Crédit Agricole »… Voilà un motif de démission rarement formulé dans le milieu de la finance. Dans son édition du vendredi 4 novembre, le quotidien Le Parisien a eu l’idée originale de consacrer ses pages 2 et 3 aux « financiers qui se tournent vers le ciel » et notamment ceux qui fréquentent l’église Notre-Dame-de-Pentecôte à La Défense, enceinte de prière qui a indexé la longueur de ses homélies sur le temps dévolu à la pause déjeuner. Tel analyste financier chez Dexia n’est pas fier de travailler dans ce qu’il appelle une « bad bank », autant dire la banque du péché. Pour cette ex-gestionnaire du Crédit Agricole en tout cas, après dix-huit ans passées dans la finance, elle a décidé de se reconvertir dans « l’artistique ». A en juger par la photo du Parisien montrant l’église Notre-Dame-de-Pentecôte pleine, le risque de défaut s’élève.

A lire aussi