Financement alternatif

le 16/02/2012 L'AGEFI Hebdo

Un boucher allemand de la région de Nuremberg qui voulait développer son activité n’a pas trouvé de financement auprès des banques « en cette période de vaches maigres », raconte Jasmin, un cabinet conseil en marketing, expert en veille sur les services financiers, dans sa newsletter du 9 février. Il a alors eu l’idée de solliciter ses propres clients pour emprunter de l’argent. Et pour les allécher, il leur a proposé non pas un taux d’intérêt classique, mais une rémunération sous forme de saucisses, « véritable patrimoine culinaire de la région »… Il a ainsi créé des « obligations » d’une valeur de 100 à 900 euros avec un taux d’intérêt annuel allant jusqu’à 7 %, voire 10 % si le souscripteur prête plus de 1.000 euros ! Résultat très positif : les clients se sont laissé séduire et 450 titres ont été vendus pour près de 45.000 euros. Le boucher a ainsi pu financer de nouveaux équipements et agrandir sa boutique. Sans compter le succès pour ses produits...

A lire aussi