Entretien avec... Jérôme de Lavenère Lussan, directeur général du cabinet Laven Legal Services

« La finance a profondément besoin de changer son modèle »

le 19/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Quel impact pensez-vous que le scandale des manipulations sur le Libor puisse avoir sur la place financière londonienne ?

L’impact de ce scandale va se faire sur trois niveaux distincts. L’opinion publique, déjà en délicatesse avec le secteur bancaire, va continuer à faire preuve de scepticisme. Une réaction du monde politique, à des fins parfois électorales, est d’ores et déjà en ordre de marche. Sans oublier la perspective d’une nouvelle réforme financière. Or nous avons déjà connu ce genre de réactions au plus fort de la crise financière en 2008 et le surcroît de réglementation n’a rien modifié dans la mesure où les régulateurs n’ont pas les moyens de faire appliquer la réglementation. De manière générale, on constate que les contrôles internes ne sont pas faits au sein des établissements financiers. Le cas du Libor est très éclairant : au moment où les manipulations du taux interbancaire ont été remontées, le département de contrôle et de conformité de Barclays n’a rien fait pour y remédier.

Comment expliquez-vous cet attentisme ?

La finance a profondément besoin de changer son modèle. Et les procédures de recrutement font partie de cette transformation nécessaire : un salarié ayant réalisé l’essentiel de sa carrière dans un service de contrôle et de gestion des risques dans une entreprise publique, fût-elle financière, ne sera pas nécessairement capable d’exercer cette même fonction au sein d’une entreprise du secteur privé. De même, il semble logique de repenser l’encadrement des procédures de contrôle et de les réintégrer dans une fonction de direction générale : la délégation de ce genre d’autorité de la part d’un directeur général à ses subalternes aura pour effet de minimiser l’importance des procédures. A l’heure actuelle, on a encore trop souvent l’impression que les banques ne comprennent pas comment fonctionne la réglementation. Enfin, les organismes, à l’image par exemple de l'office britannique de lutte contre la délinquance financière (Serious Fraud Office) doivent pouvoir bénéficier d’un surcroît de moyens financiers pour mener à bien leurs enquêtes.

A lire aussi