Endettés à jamais

le 20/06/2013 L'AGEFI Hebdo

La finance participative semble emprunter des chemins hasardeux. Des start-up proposent désormais à des jeunes gens ambitieux, selon The Economist du 15 juin, de faire financer leurs études par de riches donateurs en échange d’une participation à leurs futurs revenus. Mieux encore, l’échange d’argent peut aller de pair avec celui de conseils, de carnets d’adresses... On imagine sans peine les portes ouvertes sur l’allégeance, sinon la servitude, par de tels contrats. En France même, Henri Emmanuelli vient d’évoquer l’idée que la Caisse des dépôts développe une activité de viager afin de rendre liquide l'épargne immobilière des Français. Alors qu’il n’est question que de désendettement pour les Etats et les entreprises, les bulles spéculatives vont-elles se déplacer vers les particuliers ?

A lire aussi