Rencontre avec... Eric Charpentier, directeur général du Crédit Mutuel Nord Europe (CMNE)

« Doubler les résultats du pôle Assurances d’ici à 2015 »

le 27/10/2011 L'AGEFI Hebdo

Vous avez réduit au minimum vos annonces chiffrées d’objectifs pour 2015. Pourquoi ?

Depuis l’été, comme tous les établissements financiers, nous sommes dans l’incertitude. Nous ne savons même plus quels seront les ratios réglementaires qui s’appliqueront en 2013. Mais nous disposons d’une assise financière très solide avec 1,83 milliard d’euros de fonds propres et un ratio Tier one sous Bâle II de 18,67 % à fin 2010. Nous n’avons pas de problème de liquidité car notre coefficient d’engagement est proche de 100 %. Nous pourrions aujourd’hui absorber une fermeture des marchés quasiment jusqu’à l’été, mais je n’imagine pas cette situation. Quand à notre exposition aux dettes souveraines de la zone euro, elle est minime et logée dans notre pôle de bancassurance en Belgique : 2,5 millions d’euros pour les PIIGS (Portugal, Italie, Irlande, Grèce, Espagne, NDLR).

Est-ce vrai aussi pour votre pôle Assurances ?

Dans les fonds euro des assurés, nous avons une proportion de 2 % de nos actifs en dettes souveraines PIIGS, soit 185 millions d’euros de nominal, extrêmement faible pour le secteur. Et au 30 septembre, nous avons complété notre provision à 50 % sur tous les titres grecs en portefeuille (soit 80 millions sur les 185 millions d’euros). Cela nous permet de voir l’avenir avec un peu de sérénité.

CMNE, comme l’ensemble du Crédit Mutuel, se présente comme « pionnier » et « leader » de la bancassurance. Le contexte peut-il le freiner dans les assurances ?

Détenir une compagnie d’assurances va devenir de plus en plus lourd du fait de l’application simultanée de Solvabilité II aux assurances et de Bâle III aux banques. Il est donc indispensable de privilégier, comme pour le reste du groupe, un développement rentable de l’activité. Notre objectif est de doubler les résultats du pôle d’ici à 2015.

A lire aussi