La donne française

le 20/01/2011 L'AGEFI Hebdo

François Pérol, président du directoire de BPCE

« En France, nous sommes tous d’accord pour dire que les banques doivent être davantage capitalisées et que les prêts doivent reposer davantage sur les bilans, c’est-à-dire les dépôts. Mais attention à ne pas imposer aux banques des exigences qui rendent le crédit plus coûteux et moins abondant » (La Croix, 13 décembre 2010)

Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations

« Les nouvelles règles du Comité de Bâle avec le ‘ratio de liquidité à un mois’ vont imposer au système bancaire d’avoir bien plus de liquidités. Les banques en cherchent donc et regardent du côté des Livret A et LDD. Autrement dit, cette position est motivée par un problème de financement » (Libération, 9 novembre 2010)

Jacques de La Rosière, ex-directeur général du FMI et ancien gouverneur de la Banque de France

« Les nouvelles règles applicables aux banques vont se traduire à moyen terme par une baisse des profits et par une concurrence accrue pour attirer des dépôts. Cette hausse inévitable du coût des ressources bancaires devra être absorbée par des progrès de productivité et, sans doute, par des hausses de tarifs à la clientèle » (Le Figaro, 14 octobre 2010)

A lire aussi