Dexia nourrit l’inquiétude de l’Etat belge

le 29/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Discorde. Les tensions restent vives dans le dossier Dexia. A l’issue de la remise de son rapport sur la débâcle de la banque franco-belge, la commission d’enquête belge s’est inquiétée du coût des garanties accordées lors de son sauvetage fin 2011. De fait, l’Etat belge assume 60,5 % des 90 milliards d’euros de garanties accordées à Dexia - contre 36,5 % pour la France et 3 % pour le Luxembourg - et souhaite désormais réduire sa part. La discorde porte surtout sur le montant des commissions que Dexia devra verser en rémunération de ces garanties publiques. Dans le plan de rétablissement remis à Bruxelles, l’établissement évoque une commission de 0,05 %, contre 0,9 % précédemment. Des commissions que les autorités belges souhaitent bien supérieures pour des contraintes budgétaires. Les discussions avec la France s’annoncent donc serrées.

A lire aussi