La délicate mission de trouver une nouvelle identité

le 13/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Les premiers jours de 2011 sont marqués par une cogitation intense dans le secteur financier espagnol. Banca Cívica, Mare Nostrum, Unnim (photo) : plusieurs nouvelles appellations ont déjà fleuri sur les façades des caisses récemment fusionnées, mais il reste encore à choisir les marques commerciales des deux plus gros groupes. La tâche est délicate dans un pays où les caisses ont une franchise très ancrée. L’une des vertus de la formule de « fusion froide » introduite par le gouvernement est d’ailleurs de leur permettre de maintenir leurs enseignes sur leurs territoires d’origine, le nouveau nom faisant office de patronyme et servant dans les zones « neutres ». « Changer d’enseigne dans leurs bastions serait très risqué, assure le directeur d’une agence madrilène appartenant à une caisse du nord de l’Espagne. Les clients sentent un attachement profond, venant souvent de la perception erronée que les caisses appartiennent à la région. S’ils retirent leurs économies, pensent-ils, c’est au détriment des Canaries, du Pays Basque ou de la Navarre. Mais si le nom change... »

A lire aussi