Les délais de paiement, une plaie pour les PME

le 13/03/2014 L'AGEFI Hebdo

Le crédit inter-entreprises représente 850 milliards d'euros, soit plus de cinq fois l'encours du crédit bancaire à court terme. Si les délais étaient respectés, les PME auraient bénéficié de 15 milliards d'euros de trésorerie supplémentaires fin 2012. Or celles-ci sont les premières à subir les conséquences des retards des paiements (voir graphique). « La loi LME a fait faire quelques progrès, les délais se sont améliorés d’une semaine, voire de dix jours, mais la France garde des chiffres élevés comparés à l’Europe. Un certain nombre d’opérateurs puissants bénéficient de ces durées de crédit longues », estime Jérôme Cazes, fondateur de MyCercle (lire aussi p. 35). Face à de grands clients, elles n’osent pas porter plainte comme la loi les y invite pourtant. « Les PME sont victimes d’un rapport de force et ont peur de réclamer les paiements,confirme Denis Le Bossé, président du Cabinet ARC. Près de 85 % d’entre elles « ne réclament pas de pénalités ni d’indemnités, de peur de détériorer la relation commerciale. »

A lire aussi