La défense de l’interchange, encore et toujours

le 30/01/2014 L'AGEFI Hebdo

De passage à Paris le 23 janvier, Javier Perez, président de MasterCard, a rappelé son opposition à l’instauration de niveaux d’interchange identiques dans toute l’Union Européenne – à 0,2 % pour les paiements par les cartes de débit et à 0,3 % pour celles de crédit. Selon lui, ces niveaux ne correspondent pas aux coûts du service, très variables d’un pays à l’autre, les infrastructures, les pratiques et les risques différant sensiblement. Ensuite, cette uniformisation serait contre-productive car elle entraînerait une augmentation des tarifs des cartes pour compenser la perte des commissions d’interchange. Les consommateurs seraient donc pénalisés, comme l’a montré l’expérience espagnole, d’autant plus que rien n’oblige les banques acquéreurs à répercuter la réduction de l’interchange sur leurs tarifs. Egalement concernée, l'organisation associative Visa Europe a les mêmes arguments.

A lire aussi