Crédit Mutuel prend de plus en plus de risques

le 08/12/2011 L'AGEFI Hebdo

Premier. Alors que les difficultés de Groupama révèlent les risques d’une gouvernance mutualiste sans contre-pouvoir, l’actualité du Crédit Mutuel rappelle l’autonomie de Michel Lucas, président du groupe. Outre ses investissements dans la presse pour constituer le premier éditeur de quotidiens français (1,1 million d’exemplaires), qui viennent de le porter à la présidence du groupe L’Est Républicain, sa branche de Strasbourg se renforce sur le pourtour méditerranéen. Sa participation dans Banca Popolare di Milano a ainsi atteint 7,55 % : le français est son premier actionnaire avec un membre au conseil de surveillance selon la gouvernance imposée par la Banque d’Italie. En Espagne, il y a un an qu’il a pris 5 % de Banco Popular et fondé une plate-forme commune dont on sait maintenant qu’il doit devenir majoritaire. Et si les choses tournaient mal, les autres entités du Crédit Mutuel devront être solidaires mais pourraient ne pas avoir les reins assez solides.

A lire aussi