Crédit Mutuel Arkéa revoit son dispositif dans le crédit-bail mobilier

le 17/05/2012 L'AGEFI Hebdo

En se dotant d’un progiciel dédié, le groupe mutualiste a mis seulement six mois pour mettre en place une nouvelle activité de « leasing ».

Le marché du crédit-bail mobilier a subi de profondes mutations depuis une dizaine d’années. » Pour João Violante, responsable produit chez l’éditeur de logiciels Linedata, la crise a provoqué un écrémage sévère dans le secteur du leasing. « En 2009, la production a chuté de 23,5 % : nous avons alors assisté à une restructuration du marché, les acteurs les plus sains acquérant à bon prix les plus touchés », précise-t-il. La situation générale s’est globalement améliorée ces derniers mois, « mais la production reste inférieure de 10 % à celle de 2008 », ajoute João Violante.

Dans ce paysage chamboulé, le Crédit Mutuel Arkéa a dû faire face, fin 2010, à la prise de contrôle exclusif par le groupe CIC de Sodelem, filiale commune à dix fédérations du Crédit Mutuel, spécialisée dans le financement locatif. Sodelem proposait du crédit-bail pour un panel très large de marchés : agriculture, viticulture, PME/PMI, professions libérales, associations, collectivités et particuliers. Arkéa Crédit Bail, filiale de Crédit Mutuel Arkéa, a dû assurer la continuité d’activité. Jusque-là, la société était uniquement spécialisée dans le crédit bail immobilier (entrepôts, bureaux, établissements de santé). Cette activité était gérée dans Cassiopae, le progiciel de référence sur ce segment. Pour administrer le crédit-bail mobilier, Arkéa Crédit Bail adopte le progiciel Ekip de Linedata, une décision logique puisque Sodelem en était un client historique.

L’application Ekip, spécialisée dans les activités de financement (crédit-bail, crédit à la consommation et financement automobile), couvre l’ensemble du cycle de vie du contrat : de la proposition initiale au document final. Pour le crédit à la consommation, caractérisé par un grand nombre de clients et des montants limités, l’application propose une solution de scoring automatique : un automate valide ou rejette en temps réel la demande de crédit, sur la base de champs saisis. Dans le domaine du crédit-bail, le risque statistique est plus élevé et un comité de crédit doit se réunir pour valider ou non chaque demande. Le progiciel structure le processus de décision par étapes et assure la gestion documentaire. En général, un accord de principe est pris sur la base du déclaratif, puis la société de crédit-bail récupère le dossier papier du client et constitue une liasse, comprenant par exemple l’étude de l’actionnariat du client et l’analyse de la qualité de son bilan. Lorsque l’intégralité des documents est récupérée et validée, l’accord est confirmé.

Mise en production rapide

Afin d’assurer la continuité d’activité, Crédit Mutuel Arkéa devait mettre en place le système d’information le plus rapidement possible. L’activité de crédit-bail mobilier a démarré dès le 15 janvier 2011, un mois et demi après le rachat effectif de Sodelem par CIC. « L’indicateur de performance numéro un de ce projet était la date de démarrage », indique João Violante. Le progiciel a été mis en place en six mois, « une véritable performance dans notre secteur », déclare Olivier Prot, président du directoire d’Arkéa Crédit Bail. « D’habitude, la mise en production d’un tel système prend neuf à dix-huit mois en fonction de l’ambition », explique João Violante. Le retour d’expérience du prédécesseur a largement profité à Arkéa Crédit Bail. « Ils sont repartis du paramétrage historique de Sodelem et ont demandé un nombre limité d’adaptations, en partant des insatisfactions exprimées par ce dernier, relate João Violante. De manière générale, il est important de définir un périmètre simple et raisonnable pour une première version, quitte à demander ensuite des adaptations ». De juillet à septembre 2010, les équipes d’Arkéa Crédit Bail ont étudié le fonctionnement de l’application. Le paramétrage a eu lieu début octobre. Après deux mois de tests et de validations par les opérationnels, un pilote était mis en production. Le progiciel tourne sur des serveurs Unix équipés de bases de données Oracle.

457 caisses reliées via l’extranet

La partie la plus délicate du paramétrage résidait dans la mise en place d’interfaces avec l’extranet « maison » d’Arkéa Crédit Bail, qui permet de collecter les informations nécessaires à la création et à la gestion des contrats de financement. « Grâce à des services standards, le client a pu reconstituer sa propre logique fonctionnelle », expose João Violante. « En moins de six mois, nous avons mis en production l’application et relié les 457 caisses via l’extranet », conclut Olivier Prot. A présent, les conseillers peuvent constituer un contrat à la demande dans les trois fédérations que regroupe le Crédit Mutuel Arkéa : Bretagne, Sud-Ouest et Massif Central. Les conseillers commerciaux en plate-forme téléphonique saisissent également des dossiers directement via l’extranet. 500 dossiers ont été gérés pendant les 100 premiers jours et, après un an d’activité, 2.000 autres étaient enregistrés, et la croissance s’accélère cette année.

A court terme, le principal chantier restant concerne le paramétrage des impressions, un aspect non négligeable dans une activité qui produit beaucoup de documents et de justificatifs. « En phase de démarrage, des raccourcis sont pris pour tenir les délais, l’esthétique est imparfaite en ce qui concerne le zonage, le traitement des accents..., reconnaît João Violante. Une fois l’application stabilisée, on peut revenir sur ces imperfections et prendre le temps de les corriger. » Arkéa Crédit Bail travaille en outre à l’évolution de son extranet afin d’améliorer l’ergonomie et les temps de réponse. Pour la deuxième année d’existence d’Ekip, les équipes s’appliquent à optimiser et accélérer les reportings. Enfin, Crédit Mutuel Arkéa apporte des services complémentaires sous la forme de produits de LOA (location avec option d’achat), destinés aux particuliers.

A lire aussi