Coûts et risques sous contrôle chez BNP Paribas

le 09/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Maîtrise. BNP Paribas a ouvert le 3 mai le bal des publications des grandes banques françaises. Le groupe de la rue d'Antin a accusé un recul de son bénéfice net au titre du premier trimestre 2013, en raison d’un repli de 21,1 % de ses revenus dans la banque de financement et d’investissement à 2,5 milliards d’euros et d’une base de comparaison défavorable. BNP Paribas avait en effet bénéficié un an plus tôt d’une plus-value de 1,8 milliard d’euros liée à la cession d’un bloc de titres Klépierre. Le coût du risque global, de 978 millions d’euros, soit 60 points de base des encours de crédit à la clientèle,

« n’augmente que de 3,5 % par rapport au premier trimestre 2012 et demeure toujours à un niveau faible, illustrant le bon contrôle des risques », a estimé BNP Paribas. Cette maîtrise ne s’applique toutefois pas à l’Italie : le coût du risque de BNL a bondi de 35,2 %. BNP Paribas, qui a annoncé en février un programme de réduction de coûts prévoyant 1,5 milliard d’euros d’investissement étalé sur une période de trois ans, a annoncé un « démarrage rapide »de ce plan. « Des coûts de transformation ont été enregistrés pour 155 millions d’euros ce trimestre », a indiqué BNP Paribas. La banque espère générer des économies annuelles de 2 milliards d’euros à compter de 2015 et mise parallèlement sur le prochain lancement d’une offre digitale en vue d’accroître ses dépôts. Dans la banque de détail, le produit net bancaire a enregistré un léger recul de 0,8 % à 4 milliards d’euros.

A lire aussi