L'avis de... Gautier Harmel, directeur commercial chez Cryptolog

« Le coût d’acquisition des nouveaux clients est réduit »

le 01/12/2011 L'AGEFI Hebdo

Un nombre grandissant d’entreprises mettent en place la contractualisation électronique. Pourquoi un tel engouement ?

Le phénomène n’est pas nouveau mais il est vrai que, depuis un an, il y a une croissance phénoménale de la contractualisation électronique dans tous les métiers et pour toutes les tailles d’entreprises. Cela concerne aussi bien des petites auto-écoles que des grands organismes financiers. Les courtiers d’assurance, notamment, sont très demandeurs. L’une de leurs principales motivations est la réduction du coût d’acquisition des nouveaux clients. Mais plus largement, la contractualisation électronique s’inscrit dans un processus de dématérialisation et ce sont tous les services de l’entreprise qui sont intéressés.

Néanmoins, vous mettez en garde contre la contractualisation électronique telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée en France...

Oui car dans la majorité des cas, elle ne repose pas sur le niveau maximal de sécurité existant. Aujourd’hui, le plus haut niveau, c’est la signature électronique « présumée fiable ». Pour cela, le signataire doit impérativement utiliser une clé privée hébergée sur un support physique sécurisé (carte à puce, clé USB...) et il lui faut se procurer un certificat qualifié après vérification d’identité en face à face par l’autorité de certification. C’est économiquement intenable pour une entreprise. C’est pourquoi tout le monde adopte la signature dite « simple » qui ne pourra être refusée en justice au titre de preuve, mais dont il faudra démontrer la fiabilité au tribunal en cas de litige.

Mais il y a rarement litige sur l’identité de la personne qui a souscrit un contrat d’assurance ?

C’est vrai pour les contrats d’assurance. En revanche, le problème peut se poser pour les crédits bancaires s’il n’y a pas une vérification physique de la personne. L’une des solutions sera vraisemblablement d’avoir un certificat personnel intégré dans son téléphone mobile ou dans sa carte d’identité électronique.

A lire aussi