Caroline Bruynoghe, directrice du développement du Crédit Immobilier de France, en Ile-de-France

« Le courtage pourrait embaucher de 2.000 à 6.000 personnes »

le 06/02/2014 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi avoir lancé fin janvier l’université du courtage ?

Le Crédit Immobilier de France a dû mettre un terme à ses activités de production et se concentrer sur la gestion des clients et de son encours. Dès 2014, les postes liés à la production doivent être supprimés. La procédure d’information-consultation des instances représentatives du personnel sur les plans de sauvegarde de l’emploi a été lancée le 8 janvier. Dans ce cadre, nous étudions toutes les possibilités pour reclasser nos salariés. Le courtage en prêts immobiliers apparaît comme une voie naturelle, nos 1.200 collaborateurs étant spécialisés dans le crédit immobilier. Nous avons rencontré de nombreux intervenants dans ce secteur.

Quels débouchés sont envisageables ?

Au vu du potentiel de croissance du marché du courtage, ses acteurs s’attendent à recruter de 2.000 à 6.000 personnes dans leurs réseaux, dans les années à venir. Il y a là de vrais besoins, et nos collaborateurs disposent d’une vraie expertise. Notre université du courtage vise à accompagner ceux qui souhaiteraient aller y travailler. Il s’agit d’apprendre une culture différente, puisque le conseiller qui travaille chez un courtier n’est souvent pas salarié mais indépendant ou gérant de sa propre structure.

Qui peut intégrer votre université ?

Tous nos salariés. Sa première session a débuté à Paris, le 27 janvier, et d’autres auront lieu, à Lyon et à Grenoble notamment. Plus de 150 collaborateurs se sont d’ores et déjà montrés intéressés. En 2014, de 150 à 400 de nos collaborateurs, voire davantage, pourront en profiter. Les débouchés sont importants au vu des besoins exprimés par les opérateurs déjà installés et de la volonté de nouveaux acteurs d’entrer sur ce marché. Nous nous attachons à faire connaître à tous nos salariés concernés les acteurs qui présentent des projets solides, tels la Centrale de Financement.

A lire aussi