La configuration de 2005 perd de sa force

le 22/03/2012 L'AGEFI Hebdo

LaSer Cofinoga a déjà connu un tournant dans son histoire, en 2005. Après une intrusion jugée « 

inamicale » du Crédit Mutuel à leur capital, les actionnaires familiaux des Galeries Lafayette ont décidé de renforcer leurs liens avec BNP Paribas, leur partenaire depuis 1993. Une opération scellée par un pacte d’actionnaires qui a notamment prévu une option d’achat au profit de BNP Paribas Personal Finance (BNPP PF) dans certains cas, ainsi qu’une option de vente inconditionnelle consentie par BNPP PF pendant les sept premières années. Ce volet tombant cette année, l’actionnariat de LaSer pourrait-il évoluer ? Raffaele Cicala, son directeur général, ne souhaite pas se prononcer. Quant à son président, Philippe Lemoine, il a déjà affirmé que LaSer Cofinoga « est et reste indépendante » (Les Echos du 10 février 2012). Pour l’heure, chacun de ses actionnaires a ses préoccupations : pour BNP Paribas, l’évolution de la réglementation de Bâle ; pour Galeries Lafayette, sa sortie du capital de Monoprix pour laquelle il cherche un accord de prix avec le groupe Casino, son co-actionnaire à 50-50… Michel Lucas, patron du Crédit Mutuel, qui avait dû différer ses ambitions dans le crédit à la consommation et se contenter d’une plus-value en 2005, tient sa revanche en juillet 2011. Casino a exercé son option d’achat sur les 40 % détenus par LaSer Cofinoga dans sa banque et a ensuite cédé 50 % du capital de Banque Casino à Crédit Mutuel-CIC. Pour LaSer Cofinoga, ce sont un million de clients et un milliard d’encours brutalement perdus qu’il faut remplacer pour abaisser ses coûts fixes.

A lire aussi