Les collectivités au régime sec

le 06/10/2011 L'AGEFI Hebdo

Avec l’envolée du franc suisse, les projecteurs sont à nouveau braqués sur les crédits toxiques des collectivités françaises. Selon une source interne à Dexia Crédit Local (DCL), les emprunts indexés sur cette devise représentent seulement 8 % de ses 23,5 milliards d’euros d’encours structurés (à fin 2010). Mais l’ancien numéro un du secteur concentre les critiques : il aurait reçu au moins sept assignations en justice, peut-être bientôt une douzaine selon Claude Bartolone (photo). Le président du Conseil général de Seine-Saint-Denis est le fer de lance de la lutte contre le présumé « défaut de conseil » des banques. Celles-ci ont par ailleurs déjà commencé à fermer le robinet sur les prêts nouveaux, anticipant les règles de liquidité de Bâle III (L’Agefi Hebdo du 3 mars). Il manquerait 7 à 10 milliards d’euros pour boucler les 23 à 24 milliards de financements demandés cette année par les collectivités et les hôpitaux, selon la source de DCL. La Caisse des dépôts pourrait débloquer une enveloppe d’urgence, comme en 2008, et un club d’une soixantaine de collectivités espère lever des ressources sur les marchés à partir de fin 2012. Des rustines qui ne résolvent pas le problème de fond.

A lire aussi