L'avis de... Clément Vouillon, consultant, spécialisé dans le m-paiement et le marché mobile

« Un circuit de distribution supplémentaire aux retombées positives »

le 31/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi les organismes comme Visa souhaitent-ils se positionner sur le marché des paiements mobiles ?

Parce que la chaîne de valeur est énorme et que tous les acteurs - les banques, les organismes de cartes, les opérateurs télécoms et aussi les commerçants - veulent se positionner et tenter de capter une partie des revenus. La situation est assez confuse aujourd’hui car les opérateurs télécoms ont bloqué le marché en exigeant de très fortes commissions sur les transactions. De leur côté, les organismes de cartes ne veulent pas laisser le champ libre à une société comme Paypal, même si celle-ci peine encore à s’imposer en France.

Et les banques ?

Elles sont, pour le moment, assez discrètes, d’où l’intérêt pour elles de disposer d’une technologie comme celle de Visa qui va leur permettre de véritablement se positionner sur le marché sans faire de gros investissements. Quoi qu’il en soit, pour les banques, c’est un circuit de distribution supplémentaire qui aura des retombées financières positives. Mais actuellement, elles sont plutôt attentistes. En fait, ceux qui s’agitent vraiment, ce sont les opérateurs télécoms qui font le maximum pour éviter que le marché soit accaparé par les géants américains et qui sont prêts à tout, et notamment à travailler avec les banques, pour se positionner sur le secteur.

A termes, les technologies comme le NFC peuvent-elles représenter un danger pour les organismes de cartes ?

Oui et non. Ils craignent de voir leur échapper une partie de la valeur des transactions qui passent aujourd’hui par leur circuit. Et la concurrence ne manque pas. Mais en même temps, avec leur solution technologique et leur très haut niveau de sécurisation, ils ont une position sur le secteur des paiements quasi incontournable. Ainsi, Visa a déjà développé un logiciel de paiement pour Androïd, la plate-forme mobile de Google.

A lire aussi