CASA et Natixis renforcent leur solvabilité grâce à leurs maisons mères

le 03/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Passe-passe. Face à la menace Bâle III, les banques coopératives ont contourné le handicap lié à leur structure particulière. Lors de la publication de leurs résultats 2010, BPCE et le groupe Crédit Agricole ont affiché leur solidité, avec un ratio Tier one de 9,7 % (+0,6 point) à fin décembre pour le premier (après prise en compte du remboursement intégral de l’Etat d’ici à fin mars), et de 10,3 % (+0,6 point) pour le second. Surtout, ils ont réussi à relever les fonds propres de leurs entités cotées (voir le tableau) en abaissant le poids des titres hybrides, avec l’accord de l’Autorité de contrôle prudentiel. Les certificats coopératifs des Caisses d’Epargne et Banques Populaires détenus par Natixis ont été réintégrés dans le capital (mais exclus des fonds propres durs, ou core Tier one) et pondérés dans les actifs à risque. Chez Crédit Agricole SA, organe coté, l’avance d’actionnaires et les titres hybrides souscrits par les caisses régionales ont été remplacés par une garantie équivalente à 5,5 milliards d’euros… apportée par ces mêmes caisses.

A lire aussi