L’avis de... Thierry Lucas, directeur général adjoint du groupe Crédit du Nord

« Le budget et le calendrier ont été respectés »

le 31/05/2012 L'AGEFI Hebdo

Quel bilan faites-vous de l’intégration informatique de la Société Marseillaise de Crédit (SMC) ?

La reprise de la SMC constitue une opération significative pour le Crédit du Nord et son actionnaire Société Générale : implantée dans une région très porteuse sur le plan commercial, elle pesait 12 % du PNB du Crédit du Nord avant son acquisition. Son intégration informatique s’est déroulée conformément au calendrier et au budget. C’était une étape préalable à la mise en place de l’organisation qui prévaut dans l’ensemble des filiales du Crédit du Nord. Nos collaborateurs disposent ainsi d’outils modernes leur permettant d’affronter la concurrence et de bâtir une très grande banque régionale dans le sud-est de la France. Et les fonctions supports (informatique, gestion des titres, assurance-vie, ALM*…) vont être regroupées au niveau central afin que la SMC puisse concentrer ses efforts sur le développement commercial.

Que sont devenues les équipes informatiques de la banque, au total une cinquantaine de personnes ?

Dès le début du projet, les informaticiens de la SMC ont été rassurés sur leur avenir au sein du groupe. Deux cellules ont été créées à Aubagne pour les accueillir après la migration : une antenne délocalisée du service support aux utilisateurs du groupe Crédit du Nord, et un centre de compétences destiné à réaliser certains développements informatiques du groupe Société Générale au sein de Siop (nouvelle direction rassemblant l’informatique des réseaux de Société Générale en France).

Où en est le projet Convergence ?

Une première étape a été accomplie cette année avec la création d’un portail multi-métiers unique. Dès 2013, les agences bénéficieront d’un grand nombre d’applicatifs communs. De plus, la monétique et une partie des paiements convergeront. L’intégration de la SMC était l’un des jalons de ce grand programme qui permettra aux deux réseaux, Crédit du Nord et BDDF (banque de détail en France de Société Générale), de disposer d’un outil basé sur le meilleur des deux systèmes, avec pour objectif un meilleur service aux clients et une réduction de l’ordre de 20 % des coûts informatiques de l’ensemble.

*‘Asset-liability management’, gestion actif-passif.

A lire aussi