La BPI garde son mystère

le 28/02/2013 L'AGEFI Hebdo

Pour justifier l’arrivée de Ségolène Royal à la vice-présidence de la BPI, les socialistes ont avancé des avantages en termes de « communication », de « visibilité »… sans qu’on entende d’argument d’ordre technique ou professionnel - mis à part celui de donner un poids politique à la voix des régions. Il y aurait bien eu l’argument affinitaire, car la BPI comme Ségolène Royal cherchent manifestement leur voie. De fait, la présidente PS de la région Poitou-Charentes a raté le train qui devait la conduire assister au premier conseil d’administration de la banque, et nos gouvernants se sont gardés d’y voir un symbole. La bonne nouvelle de l’histoire est que le TGV n’a pas attendu Ségolène Royal pour poursuivre sa route.

A lire aussi