Bilan mitigé pour les dispositifs publics

le 06/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Fin de partie pour les mécanismes publics de complément d’assurance crédit (CAP). Mis en place en décembre 2008 pour calmer les critiques des entreprises à l’égard des assureurs crédit, le dispositif CAP+ est arrivé à échéance fin décembre 2010, CAP étant prolongé jusqu’en juin 2011. A l’origine, ces mesures reposaient sur une garantie accordée par l’Etat via la Caisse centrale de réassurance (CCR), qui se voyait transférer par les assureurs crédit une quote-part des risques qu’ils ne souhaitaient pas assumer. Des mécanismes qui n’ont pas nécessairement rencontré le succès escompté. « En deux ans, ces dispositifs ont mobilisé 1,5 milliard d’euros de garanties pour l’ensemble des acteurs alors que l’Etat avait mobilisé une enveloppe de 6 milliards, souligne Ludovic Sénécaut, président du directoire d’Euler Hermes Sfac. Au total, ces dispositifs ont été un succès avec plus de 80.000 entreprises aidées. Mais finalement, cette aide a été marginale au regard des volumes accordés par les assureurs crédit sur la même période. » A elle seule, Euler Hermes Sfac a délivré 85 milliards d’euros de garanties sur les deux années écoulées. La compagnie a d’ailleurs décidé de poursuivre la commercialisation de ces offres en lançant CAP EH et CAP+EH. « Nous voulons continuer d’apporter ce service car le niveau de demande reste soutenu », indique Ludovic Sénécaut.

A lire aussi