BBVA et Santander évitent la dérive grâce à l’Amérique latine

le 05/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Entraînées par l’Espagne, les deux banques sont sanctionnées. Leurs relais de croissance d’hier sont désormais des zones de défense.

BBVA et Santander évitent la dérive grâce à l’Amérique latine

Alors que le ministre espagnol de l'Economie Luis de Guindos a confirmé à l’Eurogroupe son intention de signer d'ici au 9 juillet un protocole d'accord et a assuré que l'aide accordée à ses banques (jusqu’à 100 milliards d’euros) serait suffisante pour tous leurs besoins, Moody’s a abaissé les notes de l'ensemble du secteur (jusqu’à quatre crans) le 25 juin, deux semaines après celle de l'Espagne - passée à « Baa3 ». BBVA et Santander n’ont pas échappé à la règle : la première est rétrogradée de « A3 » à « Baa3 », la seconde de « A3 » à « Baa2 ».

Un cran au-dessus du pays

Les deux premières banques d’Espagne (voir le graphique) - BBVA ayant repris pour un euro symbolique Unnim (groupement de trois caisses catalanes totalisant 28,5 milliards d'actifs) - pâtissent régulièrement de leur nationalité. Chez Fitch Ratings, elles ont aussi été dégradées, parmi 18 autres, après que la note de l'Espagne eut baissé à « BBB », car il y a « un lien étroit entre les banques et le risque de crédit du souverain », observe l’agence. Malgré une perspective négative, elles restent néanmoins un cran au-dessus du pays. Ce fait « exceptionnel », souligne Fitch, reflète leur « diversification géographique », de solides « performances financières » et « une capacité prouvée à absorber les chocs financiers ».

Les résultats du premier audit indépendant réalisé par les cabinets Oliver Wyman et Roland Berger dans les établissements espagnols montrent d’ailleurs qu’« elles n’auront pas besoin d’aide extérieure et ne prendront pas en charge le sauvetage des banques en difficulté, relèvent les analystes d’Oddo Securities. Santander et BBVA seront à même de supporter les provisions requises (pour un recul du produit intérieur brut de 4,1 % en 2012 à 2,1 % en 2013 et une chute des prix de l’immobilier de 26,4 %, NDLR), grâce aux bénéfices générés hors d’Espagne ».

La moitié des revenus

Standard & Poor’s, qui note BBVA « BBB+ » et Santander « A- », rappelle que si les bénéfices de ces deux groupes ont baissé respectivement de 12,6 % et 24 % au premier trimestre, leur exposition au marché espagnol reste circonscrite et en retrait par rapport à 2011 : à 16 % des résultats de BBVA et 12 % de ceux de Santander. Leur salut vient en fait de l’Amérique latine où leurs filiales ont atteint un poids très significatif : 49 % du produit net bancaire (PNB) des deux groupes cumulés. BBVA et Santander n’ont eu de cesse ces trois dernières années d'y renforcer leur banque de détail (voir le tableau).

L’Amérique latine représente 19 % des actifs de Santander et 52 % de son résultat net, a rappelé Jesus Zabalza, patron de cette division dans le groupe, lors des onzièmes rencontres Santander-Latin America du 27 juin. « Selon nos estimations, a-t-il expliqué, en 2020, les classes moyennes représenteront 65 % de la population d’Amérique latine, et jusqu’à 72 % si l’on inclut aussi les plus riches. » On comprend ainsi qu’il ait démenti fin mai des informations de l’agence de presse brésilienne faisant état de sa volonté de céder 30 % à 40 % de Banco Santander Brasil qui représente à elle seule 37 % du PNB du groupe. Malgré une relative contraction des résultats dans cette partie du monde, l’économie du Brésil marquant aujourd’hui le pas, les deux espagnoles ont en effet tout intérêt à y tenir leurs positions. « La gestion de ces grands ensembles, comme le Brésil pour Santander et le Mexique (24 % du PNB de BBVA), comptera plus encore à l’avenir, juge Velhon Partners dans son Emerging Banking Report. Avec la fragilité des maisons mères espagnoles, leurs bases latino-américaines, jusque-là simples relais de croissance, sont devenues des points d’appui et de défense. » Certains collaborateurs de BBVA préfèrent d’ailleurs dire, avec ironie, qu’ils travaillent pour la filiale d’un groupe mexicain.

A lire aussi